Anton Ljuvjine, qui dit de lui-même n’être pas « un avachi des Lumières » mais « l’Enfant de la foudre », est né au début de la dernière décennie du vieux xxe siècle ; il a publié ses premiers textes dans Les Cahiers de Tinbad ; voici son premier livre, Fantasia, à la fois pamphlet et manifeste poétique expérimental. Quand il n’écrit pas, il joue de la musique brésilienne – c’est pareil. Preuves : Felicidade, de Tom Jobim et Vinicius de Moraes (extrait)

            Et :

Restons en contact

Abonnez-vous pour recevoir des Mises à Jour

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now